REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

logo

etxelagun

DERNIÈRES NOUVELLES.

Etxerat fait une lecture positive du rapport annuel présenté par la Contrôleure Générale des Lieux de Privation de Liberté de l’État français Adeline Hazan

ETXERAT. Etxerat fait une lecture positive du rapport annuel présenté par la Contrôleure Générale des Lieux de Privation de Liberté de l’État français Adeline Hazan. Dans ce document présenté ce matin, parmi de nombreux autres points, elle aborde la question de l’éloignement des prisonnier-e-s basques et conclut que le droit aux relations familiales de ces personnes est violé.

L’association Etxerat défend les droits des prisonnier-e-s et réfugié-e-s politiques basques et ceux de leurs familles et ami-e-s, car ils sont gravement violés par les mesures spéciales qui leur sontsystématiquement appliquées.

Les responsables de la politique pénitentiaire des États français et espagnol avancent régulièrement des prétextes douteux pour soutenir que le droit des prisonnier-e-s à maintenir une relation avec leurs proches n’est pas violé, notamment en utilisant les listes des visites que nous, leurs familles et amis, leur rendons régulièrement.

Les efforts que nous, familles et amis de ces prisonnier-e-s, devons fournir pour maintenir ces liens entraînent des conséquences dramatiques pour nous, et spécialement pour les plus fragiles : enfants, personnes âgées, malades. Cela fait longtemps que nous le dénonçons, et que nous nous prouvons. Le prix du maintien des relations familiales et affectives passe par l’annulation de nos droits essentiels, y compris de notre droit à la vie (déjà 16 morts sur les routes de la dispersion). L’utilisation de cette situation est moralement, socialement et politiquement inacceptable.

Dans ce contexte, nous soulignons que quand nos demandes sont examinées en dehors de tout intérêt politique, elle met en lumière de graves violations de droits, comme le démontre ce rapport. C’est celui d’une institution importante qui nous donne raison aujourd’hui, et pas seulement à nous des familles et ami-e-s de prisonnier-e-s, mais à une majorité sociale qui refuse l’éloignement.

Nous considérons le rapport présenté par Adeline Hazan comme très important, et, dans la ligne de de ses conclusions, nous exigeons une fois de plus la fin de l’éloignement.

La prisonnière politique basque Nerea Bengoa libérée

 

ETXERAT. La prisonnière politique basque Nerea Bengoa a été libérée ce matin de la prison de Huelva. #UneDeMoins #Etxerat !

 

Etxerat

Bilan positif du travail mené par Etxerat en Suisse et en Allemagne

 

ETXERAT. Une délégation d’Etxerat s’est rendue ces derniers jours en Suisse et en Allemagne dans l’objectif de réaliser différentes rencontres avec des forces politiques et des associations de défenses des droits humains. Cette initiative avait pour but de surmonter le blocage que maintiennent les États espagnols et français pour continuer à perpétrer leurs violations de droits et, plus concrètement, faire connaître les conséquences de ces violations, dont certaines très dures, comme la situation des prisonniers politiques basques atteints de maladies graves et incurables.

La délégation d’Etxerat formée de son porte-parole Urtzi Errazkin et de Gentzane Callejo, la tante du prisonnier politique basque Jagoba Codó, a rendu visite à la prisonnière politique basque Nekane Txapartegi, en détention préventive à la prison de Zurich en Suisse depuis 11 mois.

Nekane Txapartegi avait été arrêtée en 1999 et avait dénoncé avoir subi des tortures au moment de son arrestation. Cela a été confirmé récemment par un rapport élaboré par l’équipe du médecin légiste Paco Etxeberria, avec le soutien du Gouvernement basque. Txapartegi a été jugée et condamnée dans le dossier 18/98 mais a fui l’État espagnol. Celui-ci avait demandé son extradition au Gouvernement suisse, alors que Nekane Txapartegi y demandait l’asile politique.

La délégation d’Etxerat a déclaré avoir trouvé Txapartegi « forte » bien que la situation qu’elle est en train de subir « soit très dure ».

Le cas de Nekane Txapartegi ainsi que celui des prisonniers politiques basques atteints de maladies graves et incurables ont été exposés lors des réunions réalisées avec Balthasar Glättli, président du Groupe Parlementaire Vert à l’Assemblée Suisse et le responsable du Parti Ouvrier et Populaire Denis de la Reussille. À Berne, Etxerat a pu s’entretenir avec un représentant du Parti Socialiste Suisse (PSS).

Le représentant du PSS a fait savoir à la délégation d’Etxerat qu’ils sont en train d’appliquer le protocole d’Istanbul au cas de Nekane Txapartegi (protocole d’enquête sur les mauvais traitements et les tortures).

Etxerat s’est également réunie avec une responsable de l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) à Genève. Cette organisation a demandé au Gouvernement suisse de ne pas extrader Nekane Txapartegi en Espagne, parce que la demande de la remettre aux mains de la justice espagnole est basée « sur des déclarations faites sous la torture ». L’OMCT expliqué qu’elle réalise également un suivi des cas de prisonniers politiques basques gravement malades et a demandé à Etxerat de lui faire parvenir les nouveaux rapports médicaux concernant le prisonnier d’Ondarroa Ibon Iparragirre.

À Berlin, Etxerat s’est réunie avec des représentants de Die Linke et a pris part à la manifestation du 8 mars dans la capitale allemande. D’autre part, la délégation a participé à deux conférences au sujet des prisonniers politiques basques gravement malades, la première avec des avocats et des représentants du monde syndical et social, la seconde dans un centre autogéré.

Poursuivant le travail de relations fait par Etxerat durant la visite réalisée l’année dernière au Parlement Européen, une délégation de notre association s’est à nouveau rendue à Bruxelles en janvier dernier, où elle avait rencontré différents députés européens. Durant cette visite, certains engagements concrets avaient été pris, parmi lesquels le voyage qu’Etxerat vient de faire en Suisse et en Allemagne.

Maintenant, Etxerat est en train de finaliser l’agenda avec des représentants institutionnels et des acteurs politiques et sociaux pour un nouveau voyage en Irlande et en Angleterre ce printemps.

 

Etxerat

Nous appelons à participer à la semaine de solidarité organisée par Sare

 

ETXERAT. L’Audience Nationale espagnole a décidé de ne pas rendre au mouvement Sare les 104.000 € confisqués par la Guardia Civil juste après la manifestation de janvier 2015 lors de laquelle cette somme avait été récoltée.

Etxerat souhaite exprimer fermement sa conviction que l’État espagnol cherche, une fois de plus, à asphyxier le travail et la solidarité en faveur des prisonniers. La décision de la justice espagnole couvre un vol, le vol de ce que des milliers et des milliers de citoyen-ne-s basques ont donné, de façon désintéressée, dans l’objectif de rendre possible le travail de défense des droits des prisonniers.

Nous voulons montrer notre solidarité au mouvemennt Sare, de même que nous appelons à participer à la semaine de solidarité qui sera menée du 16 au 22 mai, avec diverses initiatives dans les villages du Pays Basque sud destinées à recueillir un soutien financier.

Réunion d'une délégation d'Etxerat et de familles de prisonniers gravement malades avec EH Bildu

 

ETXERAT. Des familles de prisonniers politiques basques atteints de maladies graves et incurables se sont réunies hier 15 mars avec des représentants d’EH Bildu à Bilbao. Entre autres questions, a été abordée la dure situation imposée à ces prisonniers, ainsi que la circulaire envoyée par le gouvernement espagnol aux Institutions Pénitentiaires en février dernier, ordonnant que leur séjour en prison soit prolongé au maximum.

Les deux parties sont tombées d’accord sur le fait qu’il est urgent de libérer ces prisonniers, car leur situation est en train a déjà atteint la limite de ce qu’il est possible de supporter. Dans ce sens, tous ont souligné la nécessité d’activer toutes les forces au plus vite par tous les biais possibles, tant au niveau politique qu’institutionnel, de même qu’ils ont considéré qu’il est indispensable d’organiser des mobilisations plus importantes pour sensibiliser la classe politique et la société.

 

Etxerat

 

 

ARABA
Gasteiz
Kutxa kalea 7
Tel. 945 123 238
C.P. 01012   Gasteiz

GIPUZKOA
Hernani
Perkaiztegi Kalea 11/13
Tel: 943 335 900
C.P. 20120  Hernani

NAFARROA
Iruñea
Nabarreria kalea 15 2º Ezk
Tel: 948 227 054
C.P. 31001  Iruña

Asistencia Familiares y Amigos
Estado Español
943 335 900
Estado Francés
943 333 061
Coordinación
943 335 044
Casino sites http://gbetting.co.uk/casino with welcome bonuses.