REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

logo

etxelagun

DERNIÈRES NOUVELLES.

Les états n’ont aucune légitimité pour commémorer la Déclaration Universelle des Droits Humains

ETXERAT (10-12-2018). À l’occasion de cette Journée Internationale des Droits de l’Homme, nous sommes rassemblés à Iruñea, Gasteiz et Bayonne pour exiger la reconnaissance, le respect et l’application des droits de toutes les personnes.

Nous, familles et amis de prisonniers politiques basques, sommes réunis ici parce que la politique pénitentiaire d’exception maintenue par les États français et espagnols continue de violer nos droits fondamentaux.

Le droit à notre propre sécurité, à la santé, le droit de ne pas être soumis à un traitement cruel, le droit ne pas faire l’objet d’ingérences arbitraires dans nos vies, le droit au maintien du lien familial, le droit à la protection contre les discriminations. Les droits ne peuvent pas faire l’objet de contrepartie. Pourtant, avec le maintien de la dispersion, une mesure « d’exception » qui dure depuis déjà 30 longues années, les États français et espagnols ont privé les droits humains de leur caractère universel.

La Déclaration Universelle des Droits Humains est composée de 30 articles qui constituent, selon la déclaration de l’Assemblée Générale des Nations-Unies, un « idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société s’efforcent de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer la reconnaissance et l’application universelles et effectives ».

C’est la société basque elle-même, la société civile, ses institutions et acteurs politiques et sociaux, qui demande la fin de la politique pénitentiaire d’exception. Nous, familles et amis de prisonniers politiques basques, continuons pourtant de subir directement les conséquences de cette politique. Peu importe que nous soyons toujours des victimes potentielles, peu importe les conséquences de la dispersion sur les enfants, sur les parents âgés ou malades. Les États n’ont aucune légitimité pour commémorer cette Déclaration Universelle.

Nous allons continuer à travailler pour le respect de nos droits, sans aucune contrepartie. Nous allons continuer à dénoncer les responsables du maintien de cette politique d’exception et nous allons continuer à cheminer avec la société basque pour que, le plus tôt possible, nous puissions commémorer une date comme celle d’aujourd’hui.

Nous les voulons vivants et à la maison !

gasteiz1.jpg

Encore une importante décision : la Mairie de Barañain reconnaît Karmele Solaguren comme victime de la dispersion

ETXERAT (30-11-2018). La municipalité de Barañain a approuvé une motion reconnaissant Karmele Solaguren Goikoetxea comme victime de la dispersion. Cette initiative a été présentée avec la signature de soutien de 843 habitant.e.s de Barañain et le texte a été adopté avec les voix d’EH Bildu, I-E, Participando en Barañain et Geroa Bai. L’UPN, le PSN et Pueblo de Barañain ont voté contre.

Etxerat fait une lecture très positive de la reconnaissance de Karmele Solaguren Goikoetxea, tuée par une voiture le 6 décembre 2004 alors qu’elle allait voir son fils à la prison d’Alcalá Meco, comme victime de la dispersion par la Mairie de Barañain. Dans le même sens, d’autres motions ont été adoptées ces derniers temps, à Iruñea avec la reconnaissance de Sara Fernandez, et à Otxandio avec celle de Ruben Garate.

Etxerat revendique la mémoire et la reconnaissance des 16 victimes mortelles que la dispersion a causées, car ni le lieu ni les circonstances de leur mort n’ont d’autre cause que la dispersion. Ces reconnaissances sont nécessaires comme garantie pour en finir une fois pour toutes avec toutes les souffrances liées aux mesures d’exception et que tout cela ne se reproduise jamais.

Etxerat

Le prisonnier politique basque Sergio Polo transféré

ETXERAT (29-11-2018). Le prisonnier politique de Sopela Sergio Polo Escobes a été transféré de la prison d’Algeciras à celle d’Herrera (620 km). #StopDispersion !

Anniversaire de la mort de Sara Fernández et de Karmele Solaguren, pour la reconnaissance de toutes les victimes de la dispersion

ETXERAT (27-11-2018). L’association Etxerat se joint à l’hommage qui sera rendu à Sara Fernández jeudi prochain 29 novembre à Iruñea (Alde Zaharra), ainsi qu’à la cérémonie en mémoire de Karmele Solaguren qui aura lieu le 6 décembre prochain à Barañain. Nous appelons les familles et les ami.e.s de prisonnier.e.s basques à participer à ces actes de souvenir et de revendication.

En ce qui concerne Sara, une manifestation partira à 13h de « Baratxurien plaza » et laissera place à l’hommage dans la rue Aldapa. Pour Karmele, l’acte commencera à midi devant le monolithe qui porte son nom.

Sara Fernández, habitante d’Iruñea, est décédée à Aranda de Duero il y a quinze ans alors qu’elle se rendait à la prison de Valdemoro pour rendre visite à un ami. Karmele Solaguren Goikoetxea est morte écrasée par une voiture alors qu’elle et son mari, en chemin pour rendre visite à leur fils à la prison d’Alcalá Meco, s’étaient arrêtés pour porter secours à une autre voiture accidentée. Son mari avait également eu de très graves blessures.

Les familles et ami.e.s de prisonnier.e.s politiques basques ont déjà subi environ 400 accidents, et c’est ce que nous allons également dénoncer lors de ces deux rendez-vous. L’éloignement et la dispersion ont déjà tué 16 personnes, 16 victimes qui n’ont toujours pas été reconnues. Nous avons toujours été et nous serons toujours au côté des victimes de la dispersion, travaillant à leur reconnaissance.

Dans ce contexte, nous réitérons notre satisfaction et nos remerciements pour la récente approbation par la Mairie d’Iruñea d’une motion qui reconnaît Sara Fernández comme victime de la dispersion. Etxerat revendique la mémoire et la reconnaissance des 16 victimes mortelles que la dispersion a causées, car ni le lieu ni les circonstances de leur mort n’ont d’autre cause que la dispersion. Ces reconnaissances sont nécessaires comme garantie pour en finir une fois pour toutes avec toutes les souffrances liées aux mesures d’exception et que tout cela ne se reproduise jamais.

Etxerat

 

Etxerat

 

 

 

Nous faisons une lecture très positive de la reconnaissance de Sara Fernández comme victime de la dispersion par la Mairie de Pampelune-Iruñea

ETXERAT (26-11-2018). L’association Etxerat fait une lecture très positive de la reconnaissance par la mairie d’Iruñea, en réponse à l’initiative de la plate-forme sociale Arrazoiak, de la nature de « victime de la dispersion » de Sara Fernández, habitante de la capitale navarraise, décédée en novembre 2003 dans un accident de la circulation alors qu’elle se rendait à la prison de Valdemoro pour réaliser une visite.

La motion a été approuvée avec le soutien d’EH Bildu, Geroa Bai, Aranzadi et Izquierda-Ezkerra. De plus la proposition du PSN, par le biais d’un amendement, pour que « soient faits les pas nécessaires à la fin de la dispersion » a obtenu le soutien d’EH Bildu, Geroa Bai, Aranzadi et Izquierda-Ezkerra.

Etxerat revendique la mémoire et la reconnaissance des 16 victimes mortelles que la politique de dispersion a causées, parce que ni le lieu, ni les circonstances de ces morts n’ont d’autre cause que la dispersion. Ils n’auraient pas dû se trouver sur ces routes, ils n’auraient pas dû être obligés de voyager, ils n’auraient pas dû prendre ces risques démesurés : mais c’était (et c’est toujours) le prix que la dispersion impose pour exercer le droit aux visites. Leur mort a été causée par la souffrance qui nous est imposée à tous. C’est la raison pour laquelle, en toute légitimité, nous revendiquons leur mémoire et leur condition de victimes.

Ci-dessous le texte original de la motion approuvée, ainsi que l’amendement présenté par le PSN.

Etxerat

 

 

Etxerat

 

 

 

 

 

 

 

 


 Cookies Politika  Pribatutasun Politika

ARABA
Gasteiz
Kutxa kalea 7
Tel. 945 123 238
C.P. 01012   Gasteiz
BIZKAIA
Bilbo
Sarrikoalde, 3 behea
Tel. 690 622 598
C.P. 48015   Bilbo 
GIPUZKOA
Hernani
Perkaiztegi Kalea 11/13
Tel: 943 335 900
C.P. 20120  Hernani 
NAFARROA
Iruñea
Nabarreria kalea 15 2º Ezk
Tel: 948 227 054
C.P. 31001  Iruña 
Asistencia Familiares y Amigos
Estado Español
943 335 900
Estado Francés
943 333 061
Coordinación
943 335 044 

Casino sites http://gbetting.co.uk/casino with welcome bonuses.