REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

logo

etxelagun

DERNIÈRES NOUVELLES.

Il est essentiel de privilégier la santé, la sécurité et les droits des personnes emprisonnées

loku.jpg

ETXERAT (4-14-2021). Il est temps de mettre fin à la situation de manque de communication des prisonnier.e.s basques, après plus d'un an de fermetures de périmètre et des plus grandes difficultés découlant de la gestion de la COVID-19, si non de l’impossibilité de voyager vers des prisons éloignées, dans un contexte d'angoisse et d'incertitude pour de nombreux proches.

Après la dernière fermeture en janvier, la très mauvais gestion de la pandémie dans les prisons a provoqué le retard des transferts et des rapprochements en attente des prisonnier.e.s basques, et beaucoup de nos proches ont resté "coincés" dans ces transferts.

Il n'est toujours pas possible d'effectuer normalement les communications ordinaires et les spéciaux (vis a vis). Il y a des cas où elles n'ont pas eu lieu pendant un an, comme à la prison de Logroño. Il faut ajouter que, lorsque les communications sont possibles, le prisonnier ou prisonnière est ensuite soumis à une quarantaine.

Dans ce contexte, Etxerat veut exposer la situation difficile que depuis que Marixol Iparragirre a été livrée à l'Espagne en septembre 2019 subit à la suite des transferts continus qu'elle doit faire pour faire face à la chaîne de procès en cours, et aux quarantaines auxquelles elle est soumise en suite. Sa famille a signalé que depuis le mois de janvier dernier, la prisonnière d'Eskoriatza a été soumise à plus de neuf quarantaines.

Il est urgent de mettre fin à des situations comme celle de Marixol Iparragirre et, en général, aux entraves à la récupération des communications. Et pour cela, il est essentiel de privilégier la santé, la sécurité et le droits des prisonnier.e.s. Nous constatons que la vaccination des personnes emprisonnées dans les prisons de la Communauté autonome basque et à El Dueso a commencée, mais la stratégie du ministère espagnol de la Santé, et suivie par les communautés autonomes, qui consiste à vacciner la population carcérale "plus tard, en fonction de la disponibilité des vaccins" et indépendamment des critères de segmentation par âge, est toujours en vigueur.

Etxerat réclame à nouveau, de manière urgente, un plan efficace de vaccination contre le COVID-19 impliquant toute la population carcérale, afin que ce groupe à risque avance définitivement vers l'immunité, et que nous récupérons le droit de communiquer dans les prisons le plus rapidement possible.

Ibai Beobide, Juan Ramón Karasatorre, Asier Badiola, Ion Troitiño et Jon Olarra transférés dans des prisons de la périphérie du Pays Basque

ETXERAT (12-4-2021). Voici les transferts effectués entre vendredi dernier, le 9 avril, et aujourd'hui:

-Le prisonnier bilbotarra Ibai Beobide Arza a été transféré de la prison de Puerto III (1 020 km) à la prison de Burgos (215 km).

-Juan Ramon Karasatorre Ardaz, prisonnier d'Etxarri, a été transféré de la prison d'Albocasser (480 km) à celle d'El Dueso (170 km).

-Le prisonnier politique d'Ondarroa Asier Badiola Lasarte a été transféré de la prison de Valencia III (600 km) à la prison d'El Dueso (170 km).

-Le donostiarra Ion Troitiño Cira a été transféré de la prison de Murcia II (820 km) à celle de Logroñó (170 km).

-Jon Olarra Guridi, prisonnier politique donostiarra, a été transféré de la prison de Granada (855 km) à la prison de Logroño (170 km).

Les conseils municipaux commencent à ratifier la déclaration d'Euskalduna en faveur d'une politique pénitentiaire ordinaire et contre l’éloignement des prisonnier(e)s basques

patri joseba.jpg
ETXERAT (8-4-2021). Ces derniers jours, plusieurs conseils municipaux de la Communauté Autonome Basque (CAB) ont approuvé la ratification de la déclaration Euskalduna qui a été rendue publique le 11 décembre 2020. Le 21 avril, nous présenterons des données plus précises.
 
La majorité politique basque et tous les syndicats de la CAB ont exigé ce jour-là un plan de rapprochement des prisonnier(e)s basques, ainsi que le remplacement de la législation d'exception qui leur est appliquée depuis des décennies par une législation ordinaire. Dans cette déclaration, nous nous étions engagés à faire parvenir ce texte aux conseils municipaux pour qu'ils le ratifient, car à notre avis il est nécessaire de socialiser et de faire connaître cet
important engagement.
 
Cette déclaration a déjà été envoyée au président du gouvernement espagnol, au Lehendakari, à la présidente du gouvernement de Navarre, au président de la Communauté d’Agglomération Basque, ainsi qu'au Secrétariat général des institutions pénitentiaires.
 
Le message principal de cette déclaration, qui reçoit le soutien des conseils municipaux, s'adresse fondamentalement au gouvernement espagnol, auquel il transmet tout le soutien de société de la CAB et des signataires de cette déclaration s’il décide de faire les pas nécessaires à l’application exclusive d’une législation ordinaire et d’une politique pénitentiaire normalisée aux personnes prisonnières basques.
 
Sare et Etxerat réitèrent que cette déclaration exprime le consensus politique et syndical, et qu'elle complète les efforts de la société basque pour surmonter tant de décennies de violation des droits des prisonnier(e)s basques. Nous accueillons favorablement les mesures prises par le gouvernement espagnol concernant le transférer de certains prisonnier(e)s basques vers des prisons plus proches de leur domicile. Néanmoins, nous tenons à insister sur le fait que la fin de la politique de éloignement ne sera un fait que lorsqu'ils seront tous et toutes au Pays basque.
 
Dans ce processus d'union des forces, Sare et Etxerat apprécient positivement cette nouvelle élan que la déclaration d’Euskalduna reçoit des conseils municipaux. Cela démontre qu'en travaillant ensemble, société civile et institutions, nous parviendrons à mettre fin à la politique
pénitentiaire d'exception.
 

Juan Carlos Subijana, Josune Arriaga, Ainhoa Barbarín, Zigor Orbe et Unai Lopez de Okariz transférés dans des prisons du Pays basque; Iñaki Etxeberria, Jon Mirena Sanpedro, Arkaitz Goikoetxea et Gorka Palacios, transférés dans des prisons voisines

ETXERAT (9-4-2021). Ce sont les rapprochements et les transferts qui ont eu lieu hier :

-Le gasteiztarra Juan Carlos Subijana Izquierdo a été transféré de la prison de León (370 km) à la prison de Basauri

-La prisonnière d'Iruñea Josune Arriaga Martínez a déjà été emmenée de la prison de Topas (460 km) à la prison d'Iruñea.

-La prisonnière politique d'Urretxu Ainhoa Barbarin Iurrebaso est déjà arrivée à la prison de Zaballa depuis la prison de Picassent (600 km).

-Le prisonnier politique de Basauri Zigor Orbe Sevillano a été transféré de la prison de Puerto III (1.020 km) à la prison de Zaballa.

-Unai López de Okariz López, de Gasteiz, est déjà arrivée à la prison de Zaballa depuis la prison de Daroca (345 km).

-Le prisonnier politique Iñaki Etxeberria Martín a été transféré de la prison de Topas (460 km) à la prison d'El Dueso (170 km).

-Jon Mirena Sanpedro Blanco, de Bilbao, a été transféré de la prison de Herrera de la Mancha (640 km) à celle de Dueñas (310 km).

-Arkaitz Goikoetxea Basabe, prisonnier politique d'Algorta-Getxo, a été transféré de la prison de Villena (700 km) à celle de Logroño (170 km).

-Gorka Palacios Aldai, prisonnier de Durango, a été transférée de la prison de Murcia II (820 km) à celle d'Estremera (520 km).

Une fois ces transferts effectués, il n'y a plus de prisonnier(e)s politiques basques dans la prison de Herrera de la Mancha.

Les prisonniers et prisonnières gravement malades à la maison !

ETXERAT (7-4-2021). A l'occasion de la Journée mondiale de la santé que nous commémorons aujourd'hui, dans la perspective de l'humanisation de la politique pénitentiaire et pour défendre que les maladies dont ils et elles souffrent soient traités dans leur environnement familial, dignement, Etxerat réitère que la libération des 17 prisonnier(e)s politiques basques gravement malades est urgente.

De même, nous affirmons que toute personne a droit à la promotion et à la protection de sa santé, et que la responsabilité publique en matière de santé des personnes emprisonnées est plus grande, en raison de la situation de réclusion collective et de restriction de la mobilité dans laquelle ils et elles se trouvent à l'intérieur d'établissements publics tels que les prisons.

C'est pourquoi nous demandons une nouvelle fois aux départements de la santé des gouvernements du Pays basque et de Navarre, ainsi qu'aux ministères de la Santé espagnol et français d'inclure les personnes emprisonnées dans les groupes de vaccination prioritaires du COVID 19, et de mettre en œuvre des plans de vaccination sûrs et efficaces pour l'ensemble de la population carcérale.

 

 Cookies Politika  Pribatutasun Politika

 

ARABA
Gasteiz
Kutxa kalea 7
Tel. 945 123 238
C.P. 01012   Gasteiz
BIZKAIA
Bilbo
Sarrikoalde, 3 behea
Tel. 690 622 598
C.P. 48015   Bilbo 
GIPUZKOA
Hernani
Kale Nagusia 1, Erdia
Tel: 943 335 900
C.P. 20120  Hernani 
NAFARROA
Iruñea
Nabarreria kalea 15 2º Ezk
Tel: 948 227 054
C.P. 31001  Iruña 
Asistencia Familiares y Amigos
Estado Español
943 335 900
Estado Francés
943 333 061
Coordinación
943 335 044 
Casino sites http://gbetting.co.uk/casino with welcome bonuses.