REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

logo

etxelagun

DERNIÈRES NOUVELLES.

Aretxabaleta, Zubiaurre, Maurtua, Herrera et Mardones rapprochés des prisons du Pays basque; Etxebarria, Barreras, Iruretagoiena, Martinez et Etxaburu transférés aux prisons de la périphérie

ETXERAT (25-7-2021). Ce sont les rapprochements et les transferts des derniers jours :

Liher Aretxabaleta Rodríguez, prisonnier politique de Bilbo, a été rapproche de la prison de Zaballa depuis celle de Burgos (215 km).

Jon Zubiaurre Agirre, prisonnier politique de Donostia, a été rapproche de la prison de Zaballa depuis celle de Burgos (215 km).

Le prisonnier de Atxondo Aitzol Maurtua Eguren a été rapproche de la prison de Basauri depuis celle de Dueñas (310 km).

Aitor Herrera Vieites, de Santurtzi, a été rapproche de la prison de Basauri depuis celle de El Dueso (170 km).

Le prisonnier bilbotarra Asier Mardones Esteban a été rapproche de la prison de Zaballa depuis celle de Logroño (170 km).

Jesus Mari Etxebarria Garaikoetxea, prisonnier d'Errenteria, a été transféré de la prison de Puerto III (1.020 km) à la prison de León (370 km).

Oskar Barreras Diaz, de Bilbo, a été transféré de la prison de Puerto III (1.020 km) à la prison de Logroño (170 km).

Le tolosarra Luis Iruretagoiena Lanz a été transféré de la prison de Mont de Marsan (260 km) à la prison de Lannemezan (330 km).

Fermin Martinez Bergara, prisonnier politique de Lodosa, a été transféré de la prison de Mont de Marsan (260 km) a celle de Lannemezan (330 km).

Aitzol Etxaburu Artetxe, prisonnier d'Ondarroa, a été transféré de la prison de Mont de Marsan (260 km) a celle de Lannemezan (330 km).

Nous ne pouvons pas passer trois autres décennies à contourner quotidiennement les obstacles et les entraves à la libération conditionnelle et aux permis auxquelles ils et elles ont droit

FRANTSESA.jpg

ETXERAT (15-7-2021). Nous sommes à un moment décisif pour mettre fin définitivement à l'application de mesures exceptionnelles aux prisonnier.e.s basques, aux mesures pénitentiaires et juridiques d'exception qui sont toujours en vigueur, aux atteintes aux droits qui nous touchent également, nous, leurs proches.

S'il est vrai que l'initiative du gouvernement espagnol par laquelle, dans les prochains jours, il n'y aura pas un seul prisonnier.e basque dans les prisons d'Andalousie ni en première grade a permis d'améliorer notre situation et celle de nos proches emprisonnés, cependant, pour le moment, il n'y a pas de volonté politique de la part de l'État espagnol d'affronter, une fois pour toutes, la désactivation d'une façon de faire, pour mettre fin à l'inertie du passé et, en somme, de prendre la décision de mettre fin au reste des mesures ad hoc qui empêchent nos proches de parcourir le chemin vers une vie de liberté.

Il a fallu plus de trois décennies pour voir la fin de l'éloignement systématique et généralisé des prisonnier.e.s, soit le même temps qu'il a fallu pour les ramener au régime ordinaire. Cependant, nous ne pouvons pas attendre trois autres décennies d'obstacles quotidiens et d'entraves à leur réintégration, nous ne pouvons continuer à être victimes de la prolongation de la souffrance et la société basque ne peut être condamnée à un éternel retard dans la construction de la coexistence.

Aujourd'hui comparaissent à Bilbao 32 proches de 32 prisonnier.e.s politiques basques qui, au cours de cette année, ont été empêchés par l'Audience nationale d'obtenir des remises de peine, des autorisations ordinaires de sortie et des troisièmes grades.

Témoignages :

  • Au nom de tous, moi, Nekane Basauri, je veux déclarer publiquement qu'il n'y a plus de place pour d'autres obstacles ou délais pour mettre fin à l'exceptionnalité pénitentiaire.

Je suis la compagne de Joseba Arregi, un prisonnier d'Oñati âgé de 75 ans, qui est en prison depuis 30 ans. Il a été en prison à Madrid, Jaén, Villena et Villabona, et maintenant il est à Martutene. La proposition pour qu'il puisse jouir d'un permis ordinaire demandé en janvier 2021 est actuellement en cours d’instance dans la Cour centrale de surveillance pénitentiaire, mais il y a déjà un rapport contraire du Procureur.

 Joseba n'a pas bénéficié d'un seul permis, il n'a pas mis un pied dans la rue une seule seconde en 30 ans, et à mon avis il est temps que le droit commun lui soit appliqué, qu'il soit traité humainement par la justice.

  • Au nom de tous, moi, Txusa Etxandia, je veux déclarer publiquement qu'il n'y a plus de place pour d'autres obstacles ou délais pour mettre fin à l'exceptionnalité pénitentiaire.

Je suis la mère d'Egoitz Coto, un prisonnier de Barakaldo qui se trouve actuellement dans la prison d'El Dueso, en Cantabria. Egoitz est en prison depuis presque 20 ans, en 2017 il a purgé les trois quarts de sa peine, il a connu jusqu'à présent les prisons de Madrid, Zaragoza, Valencia et Granada, et il a un petit enfant qui l'attend à la maison.

Dans le cas d'Egoitz, malgré les deux propositions favorables à l'octroi de permis par le Conseil de traitement d'El Dueso, le ministère Fical ne s'est toujours pas prononcé. Il est temps pour lui de pouvoir bénéficier des permis et d'être à la maison avec sa famille.

-------------------------------------

Dans les cas de 21 prisonnier.e.s, à ce jour, les propositions de passage en troisième grade et de permis ordinaire de sortie faites par les Conseils de traitement de plusieurs prisons ont été réfutées ou ont fait l'objet de rapports contraires de la part du Ministère public de l'Audience nationale. Même les décisions du Secrétariat général des établissements pénitentiaires ou de la Cour centrale de surveillance pénitentiaire ont fait l'objet d'un appel par le même Ministère public.

Tout au long de l'année 2021, il y a déjà eu neuf autres cas de refus de rédemptions extraordinaires et de prisonnier.e.s en situation favorable pour avoir des permis, bien qu'initialement ces permis n'aient pas été avalisés par les Conseils de traitement.

Et, enfin, nous avons les cas de deux autres prisonniers basques avec des dossiers en cours, sans que la position du Ministère public ou du Juge central de vigilance pénitentiaire soit connue pour le moment.

Nous sommes des parents de ces prisonnier.e.s, également affectés par la situation qu'ils et elles souffrent de première main, et nous pensons que l'on ne peut pas soulever continuellement un obstacle après l'autre pour tenter d'empêcher le droit des prisonnier.e.s à une réintégration sans tarder. Ils et elles ont droit à des permis, à des troisièmes grades et à des remises de peine. Les prisonnier.e.s basques ont commencé leur parcours juridique il y a quelque temps déjà, et nombre d'entre eux remplissent les conditions pour pouvoir accéder au troisième degré, aux permis ordinaires et à être libérés.

L'État espagnol et, dans ce cas, l'Audience nationale espagnole, continuent de se maintenir dans un temps déjà révolu, mais nous ne pouvons pas nous permettre d'autres obstacles qui visent à perpétuer le caractère exceptionnel de la situation. Nous ne pouvons pas attendre encore 30 ans pour que le droit commun, les troisièmes grades, les permis, leur soient appliqués. C'est pourquoi les proches, ainsi que la majorité de la société basque, proposent que tout ce qui empêche les prisonnier.e.s de terminer leur voyage soit débloqué une fois pour toutes.

Prochaine destination, à la maison !

Les prisonniers Agustín Almaraz et Arkaitz Agote ont été approchés ; Aitor Cotano et Orkatz Gallastegi ont été transférés à Dueñas et Topas

ETXERAT (14-7-2021). Voici les rapprochements et les transferts de ces derniers jours :

Le prisonnier de Bilbo Agustin Almaraz Larrañaga a été rapproché de la prison de Basauri depuis celle de Zuera (245 km).

Arkaitz Agote Cillero, prisonnier politique donostiarra, a été rapproché de la prison de Martutene depuis celle de El Dueso (170 km).

Aitor Cotano Sinde, prisonnier d'Algorta, a été transféré de la prison de Puerto III (1.020 km) à la prison de Dueñas (310 km).

Le prisonnier berangoarra Orkatz Gallastegi Sodupea été transféré de la prison de Castelló I (575 km) à la prison de Topas (460 km).

Nous appelons à participer à la mobilisation de samedi à Lapurdi pour la liberté de Ion et Unai Parot, et de Jakes Esnal

ETXERAT (8-7-2021). Etxerat se joint à la mobilisation convoquée par Bake Bidean et Artesanos de la Paz samedi prochain, le 10 juillet, à Lapurdi, sous le slogan "Denbora badoa-Orain presoak!", et appelle à participer.Ce sera une initiative pour dénoncer une fois de plus que les prisonniers basques Ion Kepa Parot, Jakes Esnal et Unai Parot sont en prison depuis 31 ans et pour demander leur libération.

Pendant la mobilisation, les panneaux de 30 km seront remplacés par des panneaux de 31 km, afin de visualiser que nous ne permettrons pas qu'ils restent un an de plus en prison.

Plus d'informations : https://www.artisansdelapaix.e

artisans.jpg

Le Forum social organise une table ronde pour analyser les obstacles au parcours juridico-pénitentiaire des prisonnier.e.s

WhatsApp Image 2021-07-05 at 11.58.41.jpeg

ETXERAT (5-7-2021). Dans le cadre des obstacles que rencontrent les prisonnier.e.s politiques basques à l'Audiencia Nacional espagnole pour réaliser leur parcours juridico-pénitentiaire, le Forum social a organisé une table ronde le 13 juillet, au Musée des Sciences de Donostia.

Pour assister à l'événement en personne, vous devez vous inscrire ici labur.eus/lobby

Et pour le suivre l'événement en direct en streaming, ici https://www.youtube.com/watch?v=L7w1KY3ilP4

 

 

 Cookies Politika  Pribatutasun Politika

 

ARABA
Gasteiz
Kutxa kalea 7
Tel. 945 123 238
C.P. 01012   Gasteiz
BIZKAIA
Bilbo
Sarrikoalde, 3 behea
Tel. 690 622 598
C.P. 48015   Bilbo 
GIPUZKOA
Hernani
Kale Nagusia 1, Erdia
Tel: 943 335 900
C.P. 20120  Hernani 
NAFARROA
Iruñea
Nabarreria kalea 15 2º Ezk
Tel: 948 227 054
C.P. 31001  Iruña 
Asistencia Familiares y Amigos
Estado Español
943 335 900
Estado Francés
943 333 061
Coordinación
943 335 044 
Casino sites http://gbetting.co.uk/casino with welcome bonuses.