À la mémoire de José Mari Maruri à Zierbena

ETXERAT (25-6-2022) Jose Mari, né à Zierbena et résident de cette ville, est décédé il y a 24 ans, alors qu'il allait rendre visite à son fils Lander, emprisonné peu de temps auparavant dans la prison de Basauri. Cela a été très dur.

Les syndicats rappellent que le rapprochement n'est pas fini

ETXERAT (24-6-2022). Etxerat tient à saluer l'engagement syndical en faveur des droits des prisonnier.e.s. Lors de leur rassemblement mensuel à la Plaza Elíptica de Bilbo, les syndicats ont rappelé que éloignement des prisonnier.e.s basques se poursuit.

maruri 2022 kartela.jpg

Acte en mémoire de José Mari Maruri 24 ans après

ETXERAT (22-6-2022). Samedi prochain, les parents et ami.e.s de José Mari Maruri organiseront une cérémonie en sa mémoire à Zierbena, à laquelle Etxerat se joindra.

Nous dénonçons la cruauté de l'Etat contre Ion Kepa Parot

ETXERAT (16-6-2022). Le Tribunal d'application des peines (TAPAT) a accepté la demande de libération conditionnelle du prisonnier politique basque Ion Kepa Parot, qui a toutefois fait l'objet d'un appel du Parquet antiterroriste.

lasterbidean 2022 kartela.jpg

Rendez-vous à Kanpezu avec Lasterbidean

ETXERAT (27-5-2022). Avec ces lignes nous voudrions nous joindre à Lasterbidean, et en même temps nous vous encourageons à participer à cette course nationale solidaire qui aura lieu demain à Kanpezu.

Le prisonnier Frederik Xistor Haranburu en liberté conditionnelle

ETXERAT (25-5-2022) Après un an et demi de prison conditionnelle sans pouvoir sortir de chez lui et soumis à un contrôle télématique, le prisonnier politique basque Frederik Xistor Haranburu s'est vu retirer son bracelet télématique et est désormais en liberté conditionnelle. Haranburu a purgé 31 ans et demi de prison. Bienvenue à Xistor ! Un de moins !

frantseserako.jpg

Josu Retolaza; les décès causés par le système d'exception

ETXERAT (20-5-2022) Nous partageons avec la fondation Egiari Zor que le moment est venu d'ouvrir publiquement la réflexion sur la reconnaissance et la réparation des personnes qui sont mortes comme conséquence directe ou indirecte de la politique pénitentiaire d'exception.