Bittor Urteaga est victime de discrimination du fait d'être parent d'un déporté

ETXERAT (19-9-2022). Bittor Urteaga, frère du déporté de Santurtzi Jose Angel Urteaga, n'a pas pu rentrer en Euskal Herria avec l'avion qu'il devait prendre à La Havane, car il lui est interdit de survoler l'espace aérien des États-Unis, en raison de son statut de frère d'un déporté politique basque.

Bittor Urteaga est dans un état de santé délicat, qui souffre d'un voyage aussi compliqué. Car 37 ans se sont écoulés depuis la déportation de José Angel et depuis ses proches ont dû faire de longs voyages, avec l'usure psychologique et physique qui en découle, en prenant de grands risques, ainsi qu'un coût économique insoutenable.

La semaine dernière, Bittor Urteaga a dû acheter un nouveau billet d'avion pour un trajet qui ne survolait pas l'espace aérien américain. Au coût du nouveau billet, il fallait ajouter, en plus, les coûts de la prolongation de son séjour à La Havane de plusieurs jours.

Etxerat dénonce fermement la mesure arbitraire appliquée contre Bittor Urteaga parce qu'il est un proche d'un citoyen basque qui a été déporté à Cuba il y a 37 ans. Son seul « crime » est d'être un proche et il est grand temps de mettre fin, une fois pour toutes, à toutes les mesures discriminatoires imposées aux proches.

Les proches ont également souffert et continuent de souffrir des conditions exceptionnelles imposées depuis des décennies aux prisonnier.e.s, aux exilé.e.s et, dans ce cas, aux déporté.e.s politiques basques. Les proches sont obligués de parcourir des milliers de kilomètres pour maintenir leurs liens affectifs.

Il est temps que les 5 déportés et les 24 exilés politiques basques reviennent en Euskal Herria.