Iñaki Sáez et Asier Heriz, la carte incomplète de la mémoire

ETXERAT (9-9-2022). Nous voulons embrasser les proches et ami.e.s d'Asier et Iñaki. Cela fait 21 ans que Iñaki Saez, d'Eibar, et Asier Heriz, de Soraluze, sont morts dans un accident de la route, suite à la dispersion.

Iñaki et Asier sont des victimes directes de la dispersion, de l'exceptionnalité pénitentiaire qui, depuis plus de trois décennies, a causé, directement et indirectement, la mort de 35 prisonnier.e.s politiques basques et d'un total de 16 de leurs parents et/ou ami.e.s. Pendant cette période, en outre, deux personnes ont mis fin à leurs jours pour éviter d'être emprisonnées.

L'application de mesures pénitentiaires exceptionnelles, qui ont également touché les proches et ami.e.s des prisonnier.e.s basques, a joué un rôle déterminant dans l'origine de ces décès. Derrière la violence subie par chacune de ces victimes se cache, directement ou indirectement, une décision politique ou une abdication de responsabilité.

Les décès d'Iñaki et d'Asier auraient pu être évités si les droits de l'homme avaient prévalu sur la vengeance. Les décès causés par le caractère exceptionnel du système pénitentiaire doivent également avoir leur place sur la carte de la mémoire, afin que nous puissions continuer à construire le vivre ensemble.

Iñaki et Asier, vous serez toujours dans nos cœurs !