Josu Retolaza; les décès causés par le système d'exception

ETXERAT (20-5-2022) Nous partageons avec la fondation Egiari Zor que le moment est venu d'ouvrir publiquement la réflexion sur la reconnaissance et la réparation des personnes qui sont mortes comme conséquence directe ou indirecte de la politique pénitentiaire d'exception.

Il est important que la société basque prenne conscience de l'ampleur de cette réalité et, de leur côté, les représentants politiques et les institutions doivent enfin répondre au besoin de reconnaissance et de réparation de ces personnes. Au cours des six dernières décennies, 35 prisonnier.e.s politiques basques (13 depuis 2011) sont décédé.e.s dans le cadre de l'exceptionnalité pénitentiaire qui leur était appliquée d'une manière ou d'une autre, et 16 parents et/ou ami.e,s de prisonniers ont perdu la vie lors de voyages motivés par la dispersion et l'éloignement. En outre, deux autres personnes se sont suicidées afin d'éviter la prison.

Dans ce contexte, nous apportons notre soutien plein et entier à l'événement organisé par la fondation Egiari Zor en mémoire de Josu Retolaza le dimanche 22 mai prochain. Cela fera 35 ans que le prisonnier basque est mort d'un cancer.

Il est indispensable de reconnaître officiellement les décès causés par le système pénitentiaire.